Benoît XVI à l’ouverture de la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre

(RV) Benoît XVI présent lors de la cérémonie d’ouverture de la Porte Sainte, mardi 8 décembre 2015 à l’occasion de début de l’Année Sainte de la Miséricorde. Le Pape émérite a accepté l’invitation de François; il sera donc dans la basilique Saint-Pierre lors du rite, le matin.

Le pontife argentin a cité plusieurs fois son prédécesseur ces dernières semaines sur la question du rapport entre miséricorde et vérité. Notamment au début du Synode des évêques sur la famille, quand il a rappelé que l’Église est appelée à «vivre sa mission dans la vérité qui ne change pas selon les modes passagères ou les opinions dominantes. La vérité qui protège l’homme et l’humanité des tentation de l’autoréférentialité et de la transformation de l’amour fécond en égoïsme stérile, l’union fidèle en liens passagers».

Et de citer directement Benoît XVI et son encyclique Caritas in veritate: «Dépourvu de vérité, l’amour bascule dans le sentimentalisme. L’amour devient une coque vide susceptible d’être arbitrairement remplie. C’est le risque mortifère qu’affronte l’amour dans une culture sans vérité.»

«La miséricorde est en réalité le noyau central du message évangélique, le nome même de Dieu […] Tout ce que l’Église dit et accomplit, manifeste la miséricorde que Dieu nourrit pour l’homme»: selon les paroles de Benoît XVI se basant sur l’Évangile selon saint Jean et reprises par François.

En annonçant le Jubilé extraordinaire de la miséricorde le 13 mars 2015, le Pape argentin avait expliqué qu’il avait souvent pensé à «comment l’Église pouvait rendre plus évidente sa mission d’être témoin de la miséricorde. C’est un chemin qui commence comme une conversion spirituelle.» (AG)

Posts relacionados